10 mesures pour le climat

Que faire ? C’est évidemment la question-clé : le changement climatique est un sujet si complexe, impliquant tant d’acteurs et de secteurs, qu’il est parfois difficile de distinguer les voies les plus prometteuses et les mesures les plus urgentes. Voici donc une liste de 10 mesures à prendre qui permettraient de lutter significativement contre les émissions de gaz à effet de serre, en France, en Europe et dans le monde.

En France pour commencer nous devrions :

  • Simplifier les aides à la rénovation énergétique.C’est l’un des domaines où les gisements possibles de réduction d’émissions sont les plus importantes, et les plus sous-exploités, malgré l’importance des moyens qui y sont consacrés. Mais ces moyens passent par une multiplicité d’aides peu lisibles (crédit d’impôt pour la transition énergétique, certificats d’économie d’énergie, éco-prêts à taux zéro, aides de l’ANAH…) La solution pourrait être une aide unique, simple, privilégiant les rénovations importantes avec un véritable bénéfice énergétique. Le Premier Ministre Edouard Philippe a d’ailleurs annoncé une réforme dans ce domaine mais on n’en connaît pas encore le détail.
  • Créer une taxe carbone et un chèque carbone.La révolte des « gilets jaunes » a eu raison du projet antérieur d’augmentation de la taxe carbone mais une réforme reste nécessaire. La solution la plus simple pour la rendre acceptable serait d’en affecter le produit à un « chèque carbone » versé à l’ensemble de la population, de manière forfaitaire (ou éventuellement en favorisant les catégories de ménages qui sont par ailleurs les plus pénalisés par la taxe).

Beaucoup des mesures à prendre concernent l’Europe. Voici comment l’Union européenne pourrait agir pour lutter plus efficacement contre le changement climatique :

  • Supprimer le critère de poids dans les objectifs d’émissions des constructeurs automobiles.L’Union européenne a fixé des objectifs relativement ambitieux d’émissions pour les voitures, qui vont obliger les constructeurs à améliorer l’efficacité de leurs véhicules et à vendre davantage de voitures électriques ou hybrides. Mais ces critères sont également basés sur le poids : une voiture plus lourde bénéficie d’un objectif moins rigoureux qu’une voiture légère. Cette situation absurde limite le bénéfice du dispositif puisque les consommateurs ne sont pas incités à acheter des voitures plus petites et moins polluantes.
  • Instaurer un prix plancher du carbone dans les quotas carbone pour l’industrie (système ETS). Les industries européennes doivent acheter des quotas représentatifs de leurs émissions, ce qui les incite à les réduire. Toutefois le prix du carbone correspondant a tendance à fluctuer et peut parfois être relativement bas. Un prix plancher représenterait une incitation plus forte et permettrait aux entreprises de planifier leurs investissements de décarbonation sur des bases plus solides.
  • Prendre davantage en compte les objectifs climatiques dans la politique agricole commune (PAC).La PAC est très complexe mais elle repose, pour l’essentiel, sur deux types d’aide : les aides à la production, qui prédominent (plus une exploitation est importante, plus elle reçoit d’aides), et les aides versées selon des critères environnementaux. Il serait souhaitable d’accroître la part des aides tenant compte des bonnes pratiques agricoles (notamment la limitation des émissions).
  • Instaurer une taxe carbone sur le transport aérien.Aujourd’hui ce secteur échappe à la taxation du carbone alors qu’il s’agit de l’un des plus significatifs en termes d’émissions de gaz à effet de serre. La taxation du kérosène présente des difficultés importantes si elle n’est pas mise en œuvre dans l’ensemble des pays du monde, mais des solutions alternatives peuvent être trouvées, comme une taxe sur les billets tenant compte de la distance parcourue.[1]
  • Préparer l’instauration d’une taxe carbone aux frontières. Il s’agit de l’une des mesures les plus complexes, mais aussi les plus indispensables pour lutter contre les « fuites de carbone » (quand un bien consommé en France est produit à l’étranger, ce qui réduit nos émissions mais au prix d’une augmentation de celle-ci ailleurs). Il conviendrait de mettre en place une politique par étapes, par exemple en commençant par les produits importés à très fort contenu en carbone, et éventuellement en cherchant à définir une région du monde plus large que l’Union européenne qui se doterait d’objectifs communs en matière de climat, la taxe carbone n’intervenant que pour les pays extérieurs à cette zone.

Les trois dernières mesures peuvent concerner différentes régions du monde ou le monde entier, sachant qu’il serait souhaitable que la France ou l’Europe prenne des initiatives dans ces domaines :

  • Planter des arbres. Planter des arbresest l’une des solutions les plus efficaces pour lutter contre le changement climatique, et procure d’autres bénéfices. La France pourrait développer les mesures dans ce domaine (même si notre surface de forêt augmente déjà) et promouvoir une initiative planétaire de reforestation.
  • Décourager le recours au charbon, par les États et les entreprises. Toutes les énergies fossiles contribuent à l’émission de dioxyde de carbone mais la production d’électricité à partir de charbon est la plus nocive, et doit cesser rapidement si nous voulons rester dans un scénario « raisonnable » de réchauffement climatique. Nos autres politiques (comme les aides aux Etats, les relations économiques avec les entreprises…) devraient être subordonnées à la nécessité de décourager par tous les moyens l’exploitation du charbon.
  • Expérimenter les technologies de capture et de stockage de carbone. Celles-ci seront indispensables à terme pour limiter la quantité de carbone dans l’atmosphère, mais leur déploiement est pour l’instant presque insignifiant. Il est indispensable de consacrer des moyens importants à des expérimentations à grande échelle, pour les différentes pistes envisageables, notamment la combustion de biocarburants avec stockage de carbone, et le stockage de carbone par capture directe dans l’atmosphère.

[1]Voir Institut Montaigne, Pour réussir la transition énergétiquep. 57.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *